Articles

Affichage des articles du 2018
Image
Misère et dénuement dans la campagne Franchessoise

La chute de la Monarchie et la Révolution Française n'ont en rien atténué la paupérisation grandissante dans les campagnes , loin s'en faut. Franchesse , dans les années 1790 a son lot de misère et d'injustice. Elle dépend du District Révolutionnaire de Cérilly , et Bourbon , le chef lieu de canton  se nomme désormais Burges-Les-Bains . C'est aussi l'époque des arrestations pour les réfractaires au régime , bien souvent sur dénonciation . Les églises renommées Temple de la Raison ( pour celles sauvées de la destruction ) servent d'entrepôt et de lieu de réunion , et les curés sont chassés de la commune.  Franchesse est administrée par des officiers municipaux , nommés par le District de Cérilly , des notables et des gros propriétaires . Pour l'année 1793 on trouve Saulnier, maire, et gros propriétaire comme Peubrier et Sadde , Nicolas Moitié , secrétaire- greffier ( un notaire ) , Béraud procureur de la com…
Image
C'est les années 30 !
Petit panel de ce qui s'est passé dans ces années là , des joies , des peines , la vie quoi!

1930 , le constat est flagrant ; désertification des campagnes , exode rural , les jeunes quittent le pays pour aller travailler en ville ; il y a du travail dans les usines , une nouvelle vie commence et la population de Franchesse fond comme neige au soleil .








9 juillet 1931 :




10 juillet 1932 :





11 aout 1933 :
11


Le docteur Litaud de Bourbon , était très estimé et a rendu visite à nombre de malades à Franchesse.La plaque de son cabinet était encore présente il y a peu , devant sa demeure; lorsque que j'ai voulu la photographier , hélas cette dernière avait été déposée.





le 21 juillet 1939




1939 : " l'affaire  des peupliers au Moulin Goury " et Gabriel Giraudet , notre maire, qui fait installer le téléphone à la mairie.









paru en 1939 : ( donc événements déroulés en 1938 )




22 février 1939 :



1938 :



Image
Avis
Le 3eme opuscule de mon blog version livre est disponible pour ceux que cela intéresse. ( 117 pages , 29 articles ) prix de 32€ , frais de port 6.30 € inclus. (  aucun bénéfice n'est perçu sur  les ventes ) Contact : 03lanciers@gmail.com






Image
QUELQUES ÉVÈNEMENTS PASSÉS DU CÔTÉ DE FRANCHESSE


 Quelques faits divers à Franchesse , il y a bien longtemps …  Bonne lecture.

Ålexandre



Le 3 juillet 1901 , un violent incendie se déclare dans le bourg de Franchesse . Alertés du danger imminent par le tocsin ( la sirène des pompiers n'existait pas !) , les courageux Lanciers parviennent à maitriser l'incendie. Il s'agit vraisemblablement d'un acte de malveillance .







La Croix de l'Allier 30 août 1903 : l'école libre de Franchesse ( l'école religieuse de Tivoli ) se fait remarquer au concours départemental des écoles libres .
En effet , une écolière Franchessoise remporte le prix d'honneur , signe de la qualité de l'enseignement de l'école libre de Franchesse..



11 février 1909 : encore un incendie .
un hangar prend feu. Jouxtant la poste , cette dernière a bien failli être détruite . On parle de 15 000 francs de dégâts . ( 57865.84 euros source INSEE )






27 juin 1914 : Mr Desphélippon victime d'un a…
Image
NEUF JUILLET 1831 : CRÉATION DE LA COMMUNE DE FRANCHAISE
Repère chronologique : 1831 , Louis Philippe est roi des Français ( et non pas roi de France )

Ce 9 juillet 1831 , Jean Claude Delucenay , géomètre délimitateur,  dresse le procès verbal de délimitation de la commune de Franchaise ( Franchesse s'écrit comme cela à l'époque ) : Franchesse est née !
Bien avant cela , la paroisse de Franchesse , dont les contours sont flous , ( on ne sait pas vraiment si telle terre , champ ou louagerie appartiennent vraiment à la paroisse de Franchesse ) accuse environ 160 feux , ( ou ménages ) qui servent au calcul de l'impôt . Elle avait été amputée d'une bonne partie de son territoire , quand vers 1151 , Archambaud V décide de fonder , avec l'aval de Mgr Jacques de La Châtre , Archevêque de Bourges , une nouvelle paroisse , Lesnelia ( aujourd'hui Limoise ) . On peut considérer que l'antique paroisse de Franchesse s'étendait sur 5280 ha ( 4024 ha sur Franchesse et…
Image
PIERRE GUESTON , CURÉ DE FRANCHESSE , DÉPORTÉ SOUS LA RÉVOLUTION




Image
ET LA LUMIERE FUT



Le charmant bourg que nous connaissons actuellement n'a pas toujours été dans cet état là . Au début du siècle dernier l'éclairage public va devenir une priorité tant pour la sécurité que pour la circulation des biens et des personnes ,  l'obscurité représentant un danger pour le piéton lambda comme celui de se faire renverser par une voiture ( à cheval bien sûr !) .


C'est en 1908 que la municipalité décide d'installer quelques réverbères pour l'éclairage du bourg. Grand bien lui en fasse ! Devenus obsolètes ( déjà parlait-on d'obsolescence programmée ? ) ils seront modifiés dès 1912 par l'adoption  de becs fonctionnant selon le système Parpaillon dont les publicités de l'époque bien laudatives ma foi , vantent l'économie du système et la diffusion d'une lumière  plus forte. Plus tard le nombre de réverbères sera augmenté .

F.Parpaillon , négociant à Bordeaux , était spécialisé dans la vente et l'installation de lanter…
Image
QUAND LA FAMILLE LOGET JOUE LES TRUBLIONS!

Là c'en est trop ! Gilbert Thevenet , curé et maire de la commune ( le premier ) reçoit Jean Larue , couvreur , habitant du bourg de Franchesse . Nous somme le 8 mars 1791. Jean Larue raconte au maire ses démêlés avec la famille Loget ; en effet , ce dernier et sa famille subissent moqueries , invectives quasiment journalières de la part de Jean-Baptiste Loget , chirurgien de son état et surtout de sa femme , Jeanne Loget. Jusqu'à présent , l’honnête couvreur n'avait point voulu se plaindre et d'éviter ainsi poursuites et suites fâcheuses . Mais là ce qui s'est passé dépasse les bornes et les injures et autres outrages proférés en public ne peuvent être passés sous silence.
Le pauvre Larue raconte :
"  Je revenais de Bourbon , de chez M. le juge de paix qui venait de me condamner , et comme je descendais de cheval , Jean-Baptiste Loget m'apostropha , ainsi que ma  femme et ma belle-mère , et nous tint des propos p…
Image
UN DÉTAIL
Passer devant , une fois , mille fois et puis le regard s'attarde tout à fait fortuitement sur un détail , ce détail là , bien devant nous , tellement évident , qu'on se demande pourquoi ne pas l'avoir vu plus tôt.C'est bien ça , regarder et ne pas voir , prendre un moment , et savoir apprécier ce qui s'offre à nos yeux , comme ces magnifiques garde-corps forgés , aux initiales enchâssées de l'ancien aubergiste de l'Hotel de France. Narcissique l'aubergiste , ou tout simplement signe évident de prospérité ? A vous de voir. Regardez bien , je n'en dis pas plus , vous les trouverez , j'en suis sûr !










Assis sur le banc , Gilbert Barathon , dit Dodat et Annette , son épouse devant leur établissement (Photographie prise lors des noces de Pierre Page )
Image
LE LEGS SAULNIER
Loi 1905 : le 13 decembre 1906 sont mis sous sequestre tous les biens de l'église et de la sacristie de Franchesse . La messe est dite ... ( si je puis me permettre ).
La loi de séparation va laisser  un goût amer pour certains et en particulier pour Amédée Saulnier , dépouillé injustement de 7000 francs , ( 7000 francs de 1902 , 27000 de nos euros actuels ) legs de sa tante à la Fabrique de Franchesse. Hélène SAULNIER , religieuse avait en effet légué en 1902 cette somme à la fabrique représentant une rente annuelle de 284 francs. Amédée Saulnier intentera un procès qu'il perdra et , double peine ,  sera condamné à verser les frais de justice.
Voici ce que note le curé SOULIER à ce sujet :

" La loi Briand du 13 avril 1908 ayant réformé la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat , la fabrique et Monsieur Amédée Saulnier ont été dépouillés très injustement des sept mille francs légués par Madame Hélène Saulnier à la fabriq…
Image
LA SÉPARATION DE L'EGLISE ET DE L'ETAT LOI 1905 (.·.) VUE DE  FRANCHESSE 

C'est un véritable séisme qui se produit pour le brave curé Nicolas Soulier lorsque " le perfide agent du Gouvernement " Tridon , vient tenir procès verbal des biens de notre chère église Saint Etienne.
A tel point semble-t-il qu'il écrit 1096 pour 1906 ( le 9 ème .·.  du 10 ème .·.   mois de l'an 5906 de . ·. la V .·. L .·. ) Mais cela n'est qu'un détail . Je vous invite à lire ces quelques pages du registre , où le brave prêtre écrit " n'ouvrira pas l'église et ne cédera que par la force " ( sic) . Je vous ferai partager la malheur de Mr Saulnier , dans un prochain article , dépouillé d'une somme considérable et dont ses descendants vont se souvenir encore longtemps je pense !
Bonne lecture ,
Alexandre









Image
TIVOLI


Nommée ainsi  , sans certitude toutefois , en l'honneur de la campagne napoléonienne  d'Italie , Tivoli hébergeait autrefois une école tenue par des religieuses. Nicolas SOULIER , curé de Franchesse , nous transmet , grâce à ses précieuses notes sur le registre monographique , l'histoire de cette institution.
Ainsi note-t-il : "  Le 16 juillet 1889 , un bail de douze ans est consenti avec Mr Henri MURET (*) , propriétaire à Tivoli , maison et dépendances , afin d'y établir une école religieuse des filles , grâce à la générosité de Mr le baron et la baronne d'AUBIGNY, de Mr Charles JOURDIER (**), propriétaire à la Charnée , commune du Veurdre. De nouvelles constructions s’élèvent rapidement et tout est prêt pour la rentrée de 1889 . Les classes ont été bénites le 28 octobre 1889 , en présence des prêtres voisins , des parents et des élèves déjà bien nombreuses."
A en croire le curé SOULIER , l'école devait être attendue avec impatience par une pa…
Image
DU CÔTÉ DE LA PAROISSE ...
Parcourant ça et là le registre paroissial , ma lecture s'attarde subrepticement ( il fallait le placer celui là ! how much au Scrabble ?! ) sur la transcription du curé de Franchesse pour l'année 1930 . Ainsi écrit il , cette l'année  :
" Pendant cette année , il y eut 14 baptêmes , 12 mariages , 16 enterrements. Situation religieuse toujours la même .  Madame Regnier , sœur de Mr Berthelet , propriétaire au Pontet , fait don à l'Eglise d'un vieux bénitier en pierre ayant appartenu à l'ancienne chapelle des seigneurs du Pontet . Ce bénitier aux origines très anciennes , fait bonne figure à l’église et constitue un ornement en plus ."
Ce bénitier , dont parle le curé , provient de la chapelle Saint Pierre du Pontet ( cf mon article Le château du Pontet et sa chapelle ) et a une grande valeur historique . Il date du XIVe siècle. Sa donation est heureuse , car sans elle , l'artefact religieux aurait fini certainement concas…