NEUF JUILLET 1831 : CRÉATION DE LA COMMUNE DE FRANCHAISE

Repère chronologique : 1831 , Louis Philippe est roi des Français ( et non pas roi de France )

Ce 9 juillet 1831 , Jean Claude Delucenay , géomètre délimitateur,  dresse le procès verbal de délimitation de la commune de Franchaise ( Franchesse s'écrit comme cela à l'époque ) : Franchesse est née !
Bien avant cela , la paroisse de Franchesse , dont les contours sont flous , ( on ne sait pas vraiment si telle terre , champ ou louagerie appartiennent vraiment à la paroisse de Franchesse ) accuse environ 160 feux , ( ou ménages ) qui servent au calcul de l'impôt . Elle avait été amputée d'une bonne partie de son territoire , quand vers 1151 , Archambaud V décide de fonder , avec l'aval de Mgr Jacques de La Châtre , Archevêque de Bourges , une nouvelle paroisse , Lesnelia ( aujourd'hui Limoise ) . On peut considérer que l'antique paroisse de Franchesse s'étendait sur 5280 ha ( 4024 ha sur Franchesse et 1256 ha sur Limoise ).


Le procès verbal de délimitation  , (  j'ai la chance d'en  posséder une copie) écrit à la plume par le géomètre Delucenay est un document magnifique , tant par la richesse des détails que par la beauté de l'écriture. Il fourmille de précieuses indications , et nous renvoie à une époque où chaque terre , champ ou parcelle portait un nom , et mentionne d'anciennes louageries ou locateries et vieux chemins creux au noms parfois évocateurs , aujourd'hui disparus . Il constitue d'une certaine manière , l'acte de propriété de la commune de Franchesse .





Les maires des communes limitrophes de Franchesse vont parapher le document et légitimer ainsi le tracé officiel de notre commune . Il s'agit de Messieurs Desbordes Jean Baptiste maire de Limoise , Perceau maire d'Augy , de Mr le comte Le Borgne maire de Couzon , Metenier maire de Bourbon , Pierre Moreau maire de Saint Plaisir , Anstett * maire de Pouzy et bien sûr Jean Baptiste Heurtaut maire de Franchesse . Le maire Heurtaut ( cf mon article sur JB Heurtaut ) malade , c'est l'adjoint du maire de Franchesse qui signera , un certain Menoux Loyard .

* Gaspard Ignace Anstett , maire de Pouzy à cette époque était directeur de la très réputée fabrique de porcelaine de Champroux . Les porcelaines de Champroux sont très recherchées par les collectionneurs .



Si tous les maires des communes concernées vont avaliser sans contester le tracé officiel de la commune de Franchesse , il est à signaler que Pierre Moreau , maire de Saint Plaisir va tout de même contester et demander le rétablissement  des terres et dépendances des Vieux Bobias dans le giron de sa commune . Sa demande sera rejetée , le maire de Franchesse arguant du fait que ce lieu-dit se situe sur la ligne rose du tracé et de ce fait appartient légitimement à la commune de Franchesse . (" La ligne rose " représente sans doute le tracé ?  On perçoit dans le procès verbal quelques tensions tout de même entre Lanciers et Cocheriots ! ) .


Il m'est difficile , par manque de temps et de par le volume que représente le procès verbal ,  de produire la totalité des magnifiques tracés de Franchesse , mais je donne le détail ci dessous d'une infime partie de la délimitation entre Franchesse et Saint Plaisir  ( Sanctii Placidi dédié à Saint Placide ) où des noms de lieux-dits ont attiré particulièrement  mon attention .






Ces noms évocateurs , la Tombe au pèlerin , le chemin des Allemands , nous renvoient aux origines même de Franchesse . Ces lieux , vénérés en des temps immémoriaux sont sacrés et pourtant oubliés ; Je vais essayer d'en expliquer l'essence même avec ce que je sais ou crois savoir . Ces lieux, remplis d'énergie positive ( ou négative , cela dépend ) sont chargés d'histoires et de légendes , et restent difficilement perceptibles pour le profane .
Lorsqu'on emprunte de Franchesse , l'actuelle route qui mène à Ygrande , à environ 4 kilomètres du bourg , après le chemin de l'Ebéniste , se trouvait un ancien chemin qui mène au lieu-dit le Bouchet ( Franchesse ) , près des Theilles ( commune de Saint Plaisir ). A la boucle du chemin existait une croix , la croix des Bouchet , point de repère pour les pèlerins . Le chemin qui continue des Bouchet  jusqu'au lieu-dit la Tombe au Pèlerin se nomme " chemin des Allemands " ( Franchesse ). La locaterie de la Tombe au Pèlerin ( Saint Plaisir ) marquée sur le plan ci dessus n'existe plus de nos jours . Ce lieu-dit débouchait sur l'actuelle route de Saint Plaisir - Bourbon , non loin du carrefour de la Croix Rouge . Ces noms évocateurs , le Chemin des Allemands , la Tombe au Pèlerin se situaient autrefois sur la Via Lemovicencis , route de pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle , reliant Vézelay par Limoges en suivant l'itinéraire Nevers , Saint Léonard de Noblat par Cosne sur l'Œil ( actuel Cosne d'Allier ).

Ce chemin de pèlerinage se confond en partie avec l'ancienne voie romaine Autun-Limoges . Cette route d'ailleurs , portait le nom de Chemin des Alamans , nommée ainsi en référence à cette peuplade  d'envahisseurs barbares d'origine germanique venus de l'Est.
Les pèlerins venant de Nevers par le Veurdre , traversaient Limoise dont l'église était dédiée à Saint Jacques le Majeur ( détruite à la Révolution ) , puis Franchesse par l'actuelle Rue des Lanciers ( Chemin des Alamans ) puis empruntaient le chemin qui mène aux Bouchets ( la Croix des Bouchets ) et le " chemin des Allemands "  qui débouche sur la locaterie de la Tombe au Pèlerin .









Ce chemin des Allemands qui part des Bouchets jusqu'à la route d'Ygrande par la Tombe au Pèlerin fait sans doute référence aux pèlerins d'origine germanique qui empruntaient nos chemins . D'ailleurs , Sainte Radegonde , ( une chapelle porte son nom à Franchesse ) femme de roi venue " prêcher la bonne parole " en Bourbonnais ,  vers l'an 570 de notre ère était originaire de Thuringe ( Allemagne ).
Le lieu-dit la Tombe au Pèlerin , lieu de recueillement des pèlerins ( commune de Saint Plaisir ) est le point de contact entre les limites des communes de Franchesse , Saint Plaisir et Bourbon . Quel Saint , quelle relique repose dans cette tombe ? Je ne sais pas et les informations manquent . Après avoir franchi ce sanctuaire , les pèlerins continuaient leur route par Ygrande ,  traversaient Cosne d'Allier , se rendaient en Creuse , à La Souterraine puis à Vézelay .

Tous ces noms de lieux-dits , de terres racontent une histoire , l'histoire de Franchesse . Je suis frappé par la quantité de petits chemins qui quadrillent ( ou quadrillaient ) notre territoire . S'ils forment de prime abord un maillage désordonné , en réalité ils suivent une logique évidente : celle de relier entre elles toutes les fermes et les  locateries , l'exemple parfait des chemins de communication .

Ålexandre




Posts les plus consultés de ce blog