Articles

Affichage des articles du 2019
Image
LES BEAUX PAPIERS

Les vieux papiers à en-têtes du début du siècle dernier ne manquent pas de charme . J'ai grand plaisir à vous faire partager ces 8 vieilles factures et devis de commerçants et artisans . On nous conseille de garder 5 ans au minimum les factures ; pas de problèmes pour ces dernières , elles ont plus de 100 ans !
Facture du charpentier Louis AUPETIT du 5 décembre 1915 à la commune pour réparation à l'école des garçons . Il habitait à la Petite Prôle ( route de Limoise ).162.40 Francs équivaudrait à 51045 € de 2018 ! ( statistiques INSEE ) 









Facture du maçon Gilbert BONNEAU ( et grand joueur de vielle devant l'Eternel ) de septembre 1914 à la commune  pour réfection " des fosses d'aisance " . Il habitait à l'actuel n°1 route d'Ygrande.


Facture de Philippe COGNET de Janvier 1913 à la commune pour diverses répérations .Il résidait à l'actuel n°1 de la rue des Fossés .






Facture de mercerie de Laurent GAUME de septembre 1914 à la commune…
Image
C'EST SI LOIN DÉJÀ

Si loin déjà mais assez proche de nous encore pour que nos ainés ( ils ne sont plus nombreux ) se souviennent . Se remémorer encore ces visages comme sur cette photographie originale prise vers 1908/1910 juste avant la Grande Guerre .  









Les figurants posent , dans une belle mise en scène devant la boulangerie Brivet , place du champ de foire ( aujourd'hui place pierre Brizon )  . Cette boulangerie qui n'existe plus se trouvait à coté de l'auberge du Cheval Blanc , disparue elle aussi .
J'ai pu identifier sur le cliché :
• Debout 4ème en partant de la gauche, Marie FONTENIL ( née en 1889 à Pouzy-Mésangy ) , bonne d'hôtel au Cheval Blanc , tenu par Pierre AUBOIRON et sa femme Marie , née DESFORGES.
• n° 1 Debout sur le pas de porte , la boulangère , Marguerite BRIVET ( née CHAUSSIN à Bessay-sur-Allier en 1886 ) épouse de Claude BRIVET , boulanger ( né en 1886 à DYO , Saône-et-Loire ).
Mr et Mme BRIVET , mariés le 1er avril 1905 à Bessay-sur-Alli…
Image
UN BEL EXEMPLE DE PATRIOTISME ! 
J'évoquais dans un article la croix des Quatre Vents " sauvée " grâce à l'intervention du docteur Gouraincourt . Cet article me sert de transition pour évoquer à nouveau Achille Gouraincourt par une lettre manuscrite destinée au préfet de l'Allier. La guerre franco-prussienne de 1870 fait rage . La France , mal équipée manque de fusils et d'hommes et subit de marquantes défaites. On fait appel à la Garde Nationale mobile. Dans les villages on réquisitionne suivant leur taille,  fusils et hommes jeunes ( sur tirage au sort ) , mais aussi du foin pour les chevaux et du bétail pour nourrir les soldats.
Le nombre de blessés croît considérablement . Dans une circulaire ,  le Préfet de l'Allier ( le baron Edmond Charles Nicolas Servatius ) fait appel aux bonnes âmes afin d'héberger , pour ceux qui le peuvent , les blessés de guerre.
Achille Gouraincourt ( cf mon article docteur Gouraincourt , médecin de pauvres ) , médecin …
Image
LA CROIX DES QUATRE VENTS
Les vieilles maisons de pierre aux tuiles moussues couvrant les façades nues , les croix oubliées posées là , aux carrefours d'anciens chemins et d'habitations apportent au promeneur un apaisant sentiment d'immuabilité. Nous croyons , avec force certitude et cela est bien naturel que ces artéfacts ont toujours été là où ils se trouvent , mais l'approche est erronée . La croix des Quatre vents , ce n'est qu'un exemple , n'a pas toujours été à la place où elle se tient actuellement . Ce déplacement salvateur pose cependant problème : le choix originel de l'emplacement de ces croix  n'est aucunement  dû au hasard mais justifié par des raisons bien précises ; les déplacer altère hélas leur sens spirituel et pratique. Ces croix " de carrefour" servaient à marquer des emplacements privilégiés , mais aussi à délimiter des parcelles , et pour certaines le lieu où l'on se donnait rendez-vous dans un but plus ou moins …