CHIRURGIENS , MÉDECINS  ET OFFICIERS DE SANTE FRANCHESSOIS 

Dès le début  du XVIIe siècle , on trouve la trace dans les registres , de praticiens exerçant sur notre petite commune. Certains noms reviennent de façon régulière comme Isaac Aupy , et Jean-Baptiste Loget , maîtres chirurgiens. Il est difficile d'imaginer ce que devaient être les actes de chirurgie , à une époque où l'anesthésie n'existait pas , sans compter les conditions d'hygiène déplorables , la moindre infection pouvant s’avérer fatale.
Ce n'est vraiment qu'au début du XIXe siècle que la médecine de campagne va connaitre son essor , que les docteurs en médecine commencent à ressembler à ceux  que nous connaissons actuellement. Vers 1800 , Franchesse compte plus de mille habitants pour un seul médecin. Ce cas n'est pas un cas  isolé et  pour pallier le manque de médecins dans les campagnes , ( et oui déjà ! ) l'Etat crée en 1803 la fonction d'officier de santé. A l'origine les officiers de santé ont été crées pour porter secours aux enfants , aux vieillards et aux indigents . Ces derniers devaient passer un examen devant un jury départemental et ne pouvaient exercer que dans le département où ils avaient été reçus.
Ils n'avaient pas le droit d'exercer la médecine et la chirurgie , mais on peut lire dans les textes : " Nul ne peut exercer la médecine et la chirurgie sans avoir été docteur , sauf dans les campagnes déshéritées "  Édifiant non ? De plus , la fonction d'officier de santé crée une grande confusion au sein des populations rurales : qui est médecin ? Qui ne l'est pas ? Certaines dérives pouvant s'avérer dangereuses , le charlatanisme grandissant , incitent les autorités à abolir ce corps de santé en 1892.

Philippe Desternes était officier de santé à Franchesse . Je sais peu de choses sur cet homme né en 1764 et qui fut maire de Franchesse de 1813 à 1815. Était il un honnête homme , un charlatan ?

Ce n'est vraiment que dans les années 1830 qu'une médecine digne de ce nom va apparaître en la personne du chirurgien Jean marie Berthelet , originaire de la Nièvre , propriétaire au château du Pontet et du docteur Frédéric Saulnier au château des Quatre-Vents.

Frédéric Saulnier est né le 12 ventôse de l'An XII ( 3 mars 1804 du calendrier grégorien ) mais son acte de naissance ne sera retranscrit que deux mois plus tard , le 15 floréal de l'An XII ( 5 mai 1804 du calendrier grégorien ). Il est le fils de Jacques et de Gabrielle Méténier , marchand fermier et gros propriétaire .Il est amusant de constater que parmi les témoins se trouve ,  entre autres un certain Philippe Desternes , officier de santé !
Le docteur Saulnier  exercera pendant près de quarante ans  à Franchesse . La correspondance ci dessous adressée à un confrère atteste des problèmes de santé du praticien , souffrant de goutte , mal assez répandu à cette époque , favorisé par une alimentation trop riche et par une vie sédentaire.





Veuf depuis des années déjà , le docteur Frédéric Saulnier s'éteint à 65 ans , le 4 août 1869.
Ci dessous , la sépulture de la famille Saulnier reste une des plus anciennes du cimetière communal de Franchesse . Un anachronisme n'aura certainement pas échappé à un lecteur attentif de mes articles. En effet comment trouver une tombe de 1869 alors que le cimetière fut inauguré en 1884 ? Certaines tombes effectivement ont été transférées du vieux cimetière situé autour de l'église vers le nouveau. J'ai relevé un autre exemple , la sépulture de Pierre Greyneroux , curé de Franchesse décédé en 1870 et qui repose à jamais au pied de la croix du cimetière actuel , sur la concession à perpétuité réservée aux curés de notre commune.
Le web reste un outil formidable mis à notre disposition pour " fixer" dans le temps des images , comme cette tombe à l'épitaphe devenu presque illisible , qui je sais moi bientôt ne sera plus . Qui se souviendra qu'il y a bien longtemps déjà , Frédéric Saulnier était médecin à Franchesse et qu'il repose désormais dans le cimetière communal ?

 Alexandre Cornieux


Posts les plus consultés de ce blog