Articles

Affichage des articles du septembre, 2017
Image
UN MARIAGE EN FANFARE !







Il y a de l'animation dans le bourg de Franchesse ! Alphonse et Adèle se marient ! Vive les mariés !  Nous somme le mardi trente septembre 1930 , il y aura 87 années , presque jour pour jour. Qui s'en souvient ? Cette vieille photographie sépia est elle le dernier témoin de ce moment de joie , à deux pas de ma maison , dans la rue des Lanciers ? N'est il pas magnifique ce cortège nuptial , accompagné par la fanfare , " La Joyeuse Lancière"  à l'époque où Franchesse avait sa société de musique ? 


Une note manuscrite , jointe à la photo , qui m'a été remise , me permet ( c'est une chance ) de mettre avec certitude des noms sur des visages .
Voici donc , de droite à gauche :

- A la porte du café : Francine THOMAS

SOCIÉTÉ DE MUSIQUE LA JOYEUSE LANCIERE :
-Lucien GIRAUDET , Président  ( tenait une boucherie à la Poissonnerie , frère de Gabriel   GIRAUDET , maire de Franchesse )
-GROBOUT , chef de musique à Bourbon
-Eugène BONNAT , V…
Image
LES DERNIERS INSTANTS DU CAPITAINE MANGIN




Ce récit , tiré de l'historique du 28e BCA retrace les derniers instants de la vie de Jean-Marie Gilbert MANGIN ,


« L’aspect de ce pays nouveau est profondément triste. Partout c’est la dévastation de combats sans  merci. L’artillerie a détruit tout ce qui peut être un abri. Les bois ne sont plus. Seuls, de pauvres moignons d’arbres déchiquetés se dressent au milieu des débris de leurs branches qui jonchent le sol. La terre est un cloaque d’entonnoirs; le sol, grisâtre et poussiéreux, est parsemé de rares touffes d’herbe souillée. Pas d’eau, pas d’abris, pas de villages. Des maisons, il ne reste que quelques pans de torchis et des monceaux de tuiles. De longues lignes blanches, tranchées et boyaux, zigzaguent au milieu de cette dévastation, et le sol est semé de casques, de débris d’armes, de munitions, de lambeaux de vêtements et de petites croix de bois sur des tertres blancs. Des geysers de fumée, noirs, blancs, rougeâtres, jaillissent pa…
Image
LE MANOIR DES PARÇONS


 Perçon,.. A environ trois kilomètres au nord de Franchesse ,  le lieu hébergeait autrefois un manoir dont il ne subsiste plus rien . D'une grande importance de par ses volumes mais peut être aussi du rôle qu'il jouât en des temps reculés , effacés de la mémoire des hommes , sur ces terres, riches en histoire , il fut l'objet , fort heureusement pour nous ( et surtout pour moi! ) de formidables notes couchées sur papier  ( un vélin sans doute ), écrites au siècle des Lumières par de grands érudits , de savants hommes d'Eglise ,docteurs in utroque jure  , qui , malgré l'élitisme et l’obscurantisme avérés , nous permettent de découvrir ou de redécouvrir toute la richesse du Franchesse d'autrefois.
Perçon , retranscrit au fil des âges sous différents alias , Perçons ,Parson ,tire son origine du vieux français " "parson ", enclos de bois qui servait jadis à parquer moutons et cochons lors du comptage et du triage précédant la v…
Image
MONSIEUR LA DOUILLETTE , UN LANCIER BIEN ENNUYÉ ! Cette nouvelle signée H.A Dourliac *, parue dans un magasine pour la jeunesse en 1927 ,  relate la mésaventure de Mr la Douillette ,  né " au joli bourg de Franchesse ". Je ne crois pas un instant que son auteure ait choisi Franchesse et ses environs au hasard . Quelles attaches liaient l'auteure avec notre petit village ? Si vous possédez   des informations supplémentaires , n'hésitez pas ! 













* Henriette Arthur Dourliac ( 1860- 1936 ) était une romancière  et journaliste . Membre de la Société des Gens de Lettre ,  Elle a publié de nombreux romans et fut lauréate à l'Académie Française . Son époux , Arthur Dourliac ( 1848 - 1905 ) était également écrivain .