Articles

Affichage des articles du août, 2015
Image
LE MIRACLE DE SAINT MENOUX 
Dans l'ouvrage " histoire de Saint Menoux" écrit par le chanoine MORET*,on trouve le cas d'une guérison miraculeuse d'une femme de Franchesse :




















Ce fait "miraculeux" relaté par le chanoine,remonte au mois de mars de l'année 1592




LE CHAMP DE LA JUSTICE 
A Franchesse comme d'autres communes du bourbonnais d'ailleurs,existe un lieu-dit nommé la Justice à la sortie du bourg,en direction de Limoise. Un nom bien évocateur mais qui, au moyen âge était synonyme de terreur:C'était le lieu où étaient pendus les condamnés à mort. On y dressait soit des grandes fourches,soit des grandes potences,placées dans un lieu élevé du territoire...  
*LE CHANOINE JULES-JACQUES MORET( Franchesse 17/7/1846 Moulins 19/3/1920)
Jules-Jacques MORET est né le 17 juillet 1846 dans le bourg de Franchesse,fils de Gilbert MORET(1) maréchal,au bourg de la commune.

 J.J MORET passa son adolescence à Commenty et plus tard à l'Institution S…
Image
PIERRE BRIZON ( 16 mai 1878-1er août 1923 ) SUITE






Pierre Brizon , après avoir passé une licence en droit à l'époque où il enseignait à Rennes obtient le titre d'avocat à la Cour d'Appel de Paris . ( je ne dispose d'aucune information sur la date , ni sur le nombre de ses plaidoiries à part un bref article que je ne retrouve plus , lu dans la presse de l'époque , où Brizon aurait refusé d'assurer la défense d'un syndicaliste ).
Réélu député ( du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919 ),il porte à la tribune de la Chambre à maintes reprises de virulentes protestations contre la guerre mettant en cause la responsabilité des dirigeants.
Il participe , du 24 au 30 avril 1916 à la conférence de Kienthal ,( qui fait suite à celle de Zimmerwald ) avec deux autres députés , Alexandre Blanc et Jean-Pierre Raffin-Dugens ,Alphonse Merrheim et Albert Bourderon n'ayant pu y participer , leurs passeports leur ayant été retirés. Le 24 juin 1916 , et c'est une première en F…
Image
DIX FRÈRES SOUS LES DRAPEAUX !


La Grande Guerre ne s'est pas contentée de broyer des millions d'hommes; elle a engendré drames et misère sociale et ce , jusque dans nos campagnes.Qu'a-t-elle  bien pu se dire cette veuve, lorsque la guerre est venue lui prendre ses dix fils ?Qu'a-t-elle bien pu ressentir Gabrielle ( * )lorsqu'on est venu lui annoncer que trois de ses fils ne reviendraient jamais ? Oh bien sûr elle n'avait sûrement ni le droit ni le temps de s'apitoyer sur son sort, car qui allait s'occuper des bêtes ?les moissons ? Elle bien sûr, aidée de ses deux filles, Lucie et Marie dont les époux eux aussi étaient partis au front.
A Gabrielle,Lucie,Marie, aux ouvrières en haillons crevant de faim, qui osèrent se révolter lors des émeutes de 1816 à Franchesse, aux courageuses femmes du bourg qui sauvèrent l'église de la destruction pendant la Révolution,à toutes ces héroïnes de l'ordinaire, je dédie cet article. 
Alexandre Cornieux  

( * ) G…