LE DIABLE Å FRANCHESSE  ET EN BOURBONNAIS

Il y a bien longtemps déjà , Camille Gagnon , folkloriste reconnu , nous rapportait dans ses articles , ces vieilles histoires d'antan , contées par les anciens ,fortes d'une tradition orale riche , transmises de générations en générations. Ces histoires , que les vieillards racontaient lors des veillées , font souvent référence au Diable , et aux péchés capitaux , comme la paresse , l'envie et la luxure et que seule la présence assidue à la messe du dimanche semble être le seul rempart contre le Malin !

Voici donc deux belles histoires de Diable , celle du bouvier qui s’arrête boire des canons à Franchesse , et celle du "berlironneur " embauché par le Diable !

(2) commune de Franchesse




" Le Berlironneur ( joueur de musette ) juché à la pointe de la table avec son lit' de baco ! "









Le bon gros bourgeois , s’enrichissant sur le dos des bounhoumes ( aux origines ancestrales , lorsque la franchise établie en 1131 libère à Franchesse les bourgeois de l’impôt seigneurial ) mais où , paradoxalement , on vante les mérites des nobles seigneurs : Louis II de bourbon , tant aimé ,not' bon Duc de Loys , comme on l'appelait chez nous , aimé et adulé parce que tout le temps absent , et pour cause : toujours en guerre ! et les bounhoumes faisaient un peu ce qu'ils voulaient! 

Alexandre Cornieux

Posts les plus consultés de ce blog