CE DIMANCHE LES BREURES SERONT BÉNITES !

Il y a une trentaine d'années environ , lorsqu'elle faisait avec d'autres dames du bourg le catéchisme aux enfants de Franchesse et de Limoise , ma mère proposa à monsieur l'abbé M.. de venir déjeuner à la maison. Le brave curé accepte poliment l'invitation et dit à ma mère : "avec joie , et j'en profiterai pour bénir votre maison". Dimanche prochain il n'y a pas de messe , ce sera donc pour ce dimanche..
Affairée dans sa cuisine , finissant les derniers préparatifs du repas dominical ,ma mère est interrompue par le bruit de portières qui claquent dans la grande cour de notre maison. C'est sûrement monsieur le curé qui arrive, pense t elle. Effectivement , c'est bien monsieur l'abbé mais il n'est pas tout seul : derrière sa petite voiture , une  fourgonnette de gendarmerie! Le vieil homme s’extirpe péniblement de sa voiture , visiblement décontenancé n'a pas le temps de lâcher un mot lorsqu'un des deux gendarmes lui lance , agacé :" on vous klaxonne , on vous fait des appels de phares et vous ne vous arrêtez pas !"
Le brave desservant venait de griller le stop de la route d'Ygrande à la barbe des gendarmes qui venaient de Bourbon! Le gendarme  :" on a été obligés de tout  piler pour vous laisser passer!" morigéna t il. Monsieur l'abbé , visiblement ému lâche : " je suis désolé, je ne vous ai pas vus!" C'est bien ça le problème  ! C'est bien ça le problème  !Lâche le deuxième gendarme ! Mais Monsieur l'abbé M.. a de la répartie et lance aux deux gendarmes : " Messieurs , cela fait quarante cinq que j'ai mon permis de conduire et je n'ai jamais eu d'accident de ma vie !" Et là , magnifique , le gendarme lâche à son tour : " Monsieur le curé , ( ils avaient reconnu l'homme d'église ) cela fait quarante cinq ans que les gens vous évitent !" Ma mère, pourtant discrète éclate de rire.. 

Les gendarmes disent au bon curé de faire attention la prochaine fois , puis repartent vaquer à leurs occupations ;mon père offre une bonne rasade de whishy à monsieur l'abbé , histoire de se remettre de ses émotions et un bon repas nous attend. 
Le vieil homme cacochyme nous raconte au cours du repas quelques moments importants d'une vie bien remplie ,quand , jeune séminariste , il était passionné de football et que lui même était un bon joueur, puis de la guerre , son engagement dans la résistance , son arrestation , la déportation.. 
Le repas se termine , et comme promis monsieur l'abbé M.. bénit notre maison des Breures , nous salue puis nous donne congé.. 

Aujourd'hui encore , lorsque j'aborde le stop de la route d'Ygrande , à l'entrée du bourg de Franchesse, il m'arrive , sourire au coin des lèvres de repenser au bon curé qui n'est plus , de penser à mes parents bien sûr qui ne sont plus eux aussi ..
Et puis il nous appartient d'être plus tolérants envers nos aînés ,même si , toujours pressés on s'agace parce qu'un vieux monsieur plafonne à soixante kilomètres à l'heure et qu'on ne peut pas doubler , ou bien lorsqu’une vieille dame met plus de dix minutes pour sortir quelques pièces de son porte-monnaie à la caisse d'un supermarché et que l'on est déjà en retard pour aller récupérer les enfants à l'école... Qui peut dire , après tout comment serons nous faits dans quelques années... 

Alexandre Cornieux

Posts les plus consultés de ce blog