1916-2016 le centenaire d'une boucherie 

La Grande Guerre en cette année 1916 atteint le paroxysme de l’innommable . La bataille de Verdun ( de février à décembre 1916 ), Douaumont ,Vaux , la bataille de la Somme ( de juillet à novembre 1916 ) Bapaume , Peronne , tous ces lieux et bien d'autres encore gravés dans les mémoires collectives ,  sont là pour nous rappeler l'atrocité des combats. 

Verdun importance stratégique ? A vrai dire pas vraiment . Verdun ne fut qu'un symbole ,  tenir coûte que coûte, l'abnégation de milliers d'hommes emmenés à la boucherie par une poignée de généraux eux mêmes soumis par l'autorité civile à une pression énorme , en un mot l'obligation de résultats. 

Une telle pression , si clairement décrite dans les propos du  chef des armées allemandes qui s'exprime ainsi en 1915: 

" Tous ceux qui critiquent les dispositions d'un général devraient d'abord étudier l'histoire militaire , à moins qu'ils n'aient eux-mêmes pris part à une guerre , à un poste de commandement. J'aimerais voir ces hommes contraints de conduire une bataille .Ils seraient submergés par l'ampleur de la tâche , et quand ils réaliseraient l'incertitude de la situation , et la nature astreignante des demandes énormes qui leur sont faites , ils seraient sans aucun doute plus modestes.Seul le chef du gouvernement , l'homme d’État , qui a pris la décision de la guerre , et ce en pleine conscience , assume un poids égal ou supérieur de responsabilité à celui du commandant en chef. Mais dans ce cas  il est seulement question d'une grande décision , alors que le commandant d'une armée est confronté à des décisions chaque jour et à chaque heure.Il est continuellement responsable du bien-être de centaines de milliers de personnes , et même de nations". 

Erich Ludendorf , 
général en chef des armées allemandes.

D'ailleurs , Les atrocité commises en 1916 seront communes aux deux pays , de la France comme de l'Allemagne. Une seule œuvre suffit à décrire l'horreur des tranchées allemandes , celle du peintre Otto Dix , engagé volontaire à 17 ans comme mitrailleur dans la grande guerre et qui sera quelques années plus tard ,ironie du sort , sous l'Allemagne nazie , écarté de son poste de professeur , menacé de prison et de camp d'internement , arrêté par la Gestapo parce que Hitler considérait sa peinture comme de " l'art dégénéré" :
Der Krieg  ( 1929-1932 ), triptyque exposé au musée de Dresde ( Allemagne )



Côté statistiques , en nombre de morts , on parle de 30 ؊ côté allemand ,  34 ؊  côté français. Comme si , ( cela me semble plus parlant) ,une bourgade de mille âmes perdait d'un coup 34 habitants.
Plus près de nous , à Franchesse , ce ne sont pas moins de 16 hommes qui perdront la vie rien que pour l'année 1916 :








JEAN GORAND  né le 27 juillet 1884 à Saint Plaisir ( Allier). Soldat au 201e RI tué à l'ennemi le 7 mars 1916 à Douaumont (55). Jean était cultivateur à Baffetière. Il avait 32 ans.


JEAN CHATARD né le 4 juin 1871 à Magnet ( Allier ). Soldat au 259e RIT tué à l'ennemi le 18 mars 1916 à Flirey ( 54 ).Jean est inhumé au cimetière de la Carrière de Flirey. Il avait 45 ans.


JEAN MALLET né le 29 avril 1871 à Agonges ( Allier ).Soldat également du 259e RIT. Tué le même jour que Jean Chatard, le 18 mars 1916; il est également inhumé au cimetière de la Carrière de Flirey ( 54 ). Jean était cultivateur; il avait 45 ans.


JEAN GAUVAND né le 12 décembre 1883 à Saint Aubin le Monial ( Allier ).Caporal au 121e RI. Tué  à l'ennemi le 21 mars 1916 dans le bois de Malancourt (54 ) .Jean était cultivateur à Limoise ( Allier ). Il avait 33 ans.


ALBERT FONTENILLE né le 21 mars 1893 à Saint Plaisir ( 03 ).Canonnier au 37e RA ( artillerie ). Tué au champ de bataille le 23 mars 1916 au sud est de Flirey ( 54 ).Cité à l'ordre du régiment, décoré de la croix de guerre.Albert était cultivateur ; il avait 23 ans.



JACQUES POUGNIER ( frère de jean-baptiste et de André morts en 1915 et arrière-grand-père de l'auteur de ce blog) né le 7 décembre 1887 à Saint-Ennemond ( Allier ).Soldat au 121e RI , il décède le 1er avril 1916 à Franchesse ( 03 ) des suite de maladie contractée en service.Jacques était cultivateur aux Barreaux, il avait 29 ans.
Jacques POUGNIER


GUSTAVE GALAMETZ né le 14 février 1896 à Paris ( 10e ).infirmier au 8e SIM . Décédé des suites de maladie contractée en service à l'hôpital temporaire n°78 de Montferrand ( 63 )le 2 juin 1916.Gustave était un enfant de l'Assistance Publique;il était domestique à Franchesse ( 03 ); il avait 20 ans.


JACQUES EMILE BONNEAU né le 13 septembre 1881 à Franchesse . Soldat au 293e RI. Décédé des suite de blessures de guerre à l'hôpital de Vadelaincourt (55 ) le 4 juin 1916.Jacques émile était pâtissier à Roanne ( 42 ) ; il avait 35 ans.


MICHEL AUBOIRON né le 9 décembre 1879 à Franchesse. Soldat au 293e RI. Tué à l'ennemi le 9 juin 1916 devant Verdun (55 ).Michel était cultivateur à Franchesse; il avait 37 ans .


JEAN-BAPTISTE BOUCHON  né le 3 septembre 1886 à Saint-Menoux ( Allier ).Sergent au 35e RIC ( infanterie coloniale ). Tué à l'ennemi le 11 juillet 1916 à Braches ( 80 ).Jean-Baptiste était cultivateur; il avait37 ans.


JEAN-MARIE RAVAUD né le 6 octobre 1896 à Franchesse.Soldat au 415e RI.Disparu au combat aux Eparges ( 55 ) le 17 juillet 1916.Jean-Marie était domestique à Franchesse; il avait 20 ans.


ALPHONSE BRUNET  né le 23 avril 1877 à Cérilly ( allier ) . Sergent au 98e RIT;tué au combat de Verdun ( 55 ) le 25 août  1916 ; Cité à l'ordre du régiment, croix de guerre; Alphonse est inhumé à la Nécropole Nationale de Bellerey ( 55 ).il était domestique à Couleuvre ( allier ); il avait 39 ans.



JEAN-MARIE GILBERT MANGIN né le 15 août 1885 à Franchesse dans le bourg ( sa mère était épicière et son père fabricant d'huile dans le bourg ).Capitaine au 28e BCA ( Chasseurs Alpins ), commandant la 4eme Compagnie , tué à l'ennemi au Bois Reinette, commune de Bouchavesnes ( 80 Somme ) le 5 septembre 1916. Cité à l'ordre de l'armée , croix de guerre avec palme d'argent ,médaille militaire ,chevalier de la Légion d'Honneur le 24 novembre 1916.Gilbert était un ancien élève du Lycée Banville de 1896 à 1904 ( inscrit sur le livre d'or du lycée) ; il était greffier de la justice de paix au tribunal de Dompierre-sur- Besbre ( Allier ) .il est également inscrit sur le monument aux morts de Dompierre . il avait 31 ans.


Le capitaine MANGIN ( 1er rang , 3ème en partant de la gauche) et tous les officiers du 28e BCA en 1915; décoré de  la médaille militaire et de  la croix de guerre palme d'argent, la légion d'Honneur lui sera décernée à titre posthume.




JULES AUFAUVRE Né le 19 avril 1896 à Saint-Hilaire (Allier );Soldat au 81e RI , tué à l'ennemi le 17 octobre 1916 au secteur de La Fille Morte , en Argonne; cité à l'ordre du régiment : "brave et courageux soldat " . décoré de la croix de guerre et de la médaille militaire. Jules était cultivateur à Franchesse; il avait 20 ans.



ANTOINE ROBERT né le 13 octobre 1883 à Besse en Chandesse ( 63 Puy de Dôme ;  son père était garde forestier de cette commune ) . Adjudant au 321e RI; tué à l'ennemi le 24 octobre 1916 devant Douaumont (55 );Citation à l'ordre du Corps d'Armée : "Sous-officier energique et brave au feu;s'est porté courageusement à l'attaque des tranchées ennemies en tête de sa section; Est tombé mortellement frappé d'une balle à la tête en organisant la position qui lui avait été assignée." Décoré de la croix de guerre étoile vermeil et de la médaille militaire.Egalement inscrit sur le monument aux morts de Meillard (03 ) ,Antoine était instituteur adjoint à Franchesse; son épouse Jeanne était également institutrice à l'école des filles à Franchesse ; il avait 33 ans.


CHARLES VIROLET né le 24 juin 1872 à Agonges (Allier ) . Soldat au 298e RI ; tué à l'ennemi le 20 décembre 1916 au Bois Pointu , centre des Seppois ( Alsace );cité à l'odre du régiment : "très bon soldat exposé à un violent bombardement ; s'est maintenu sur les positions dont il avait la garde ".Décoré de le croix de guerre étoile de bronze.Charles avait 44 ans.




Dans moins d'un mois , nous commémorerons l'armistice de 1918. Ayons une pensée pour ces hommes morts pour la France.

En aparté...

 Notre salle des fêtes est en travaux car elle en avait bien besoin. Mais bien avant d'être une salle de distraction , elle était l'école des garçons de notre petite commune et que :
Le 20 mai 1920, nous trouvons cette délibération "le conseil, pour honorer la mémoire de M. ROBERT Antoine, instituteur à Franchesse, adjudant au 321è d'infanterie, mort au champ d'honneur, à la reprise du fort de Douaumont le 24 octobre 1916, décide que l'école publique de garçons de Franchesse s'appellera dorénavant Ecole publique adjudant ROBERT."
Après tout ,  Monsieur le maire , mesdames et messieurs les adjoints et  conseillers municipaux , pourquoi ne pas rebaptiser notre future salle des fêtes salle "Antoine Robert"? C'est peut être le moins que l'on puisse faire...



Alexandre Cornieux
 03lanciers@gmail.com



Posts les plus consultés de ce blog