LE DRAME DE VILLECOMTAL



Statistiquement , le transport de masse par le chemin de fer reste un moyen sûr même si les récents événements dramatiques de Brétigny du 12 juillet 2013 nous incitent à penser , que quoique rarissimes , les accidents ferroviaires n'en demeurent pas moins meurtriers.

 La catastrophe ferroviaire de Villecomtal, comme on l'appela à l'époque et qui se produisit à Laguian , petit village du Gers le 1er août 1922, restera comme une des pires qu'ait connu notre pays .

Été 1922 . Le diocèse de Moulins , décide d'organiser  un pèlerinage à Lourdes. L'opération sera un succès puisque près de 2000 pèlerins sont attendus.

Le 31 juilllet 1922 , 3 convois bondés chacun de plus de 600 passagers s'élancent des gares de Moulins et de Montluçon dans l'Allier. Le premier convoi arrivera à bon port. 
Mais le 1er août 1922 , à hauteur de la commune de Laguian , entre Miélan et Villecomtal,le train parti de Moulins en surcharge* , tracté par une locomotive en perte de puissance cale en pleine côte et repart en marche arrière en direction de Miélan..

 L'abbé Mormais témoigne à l'époque : " Tous deux ( les trains ) portaient 600 pèlerins et marchaient à trente minutes d'intervalle dans la direction de Tarbes. Le 7509 ( le train de Moulins composé de 13 voitures ) allait avec peine. Les voyageurs avaient constaté dès le départ d'Auch que la locomotive de ce train manquait de puissance : de brusques à coups se produisaient sur les attelages à chaque côte à gravir ."



Malgré les tentatives désespérées du mécanicien ,qui bloque les freins , Le convoi percute par l'arrière le train parti  de Montluçon  ( le train 7511 composé de 12 voitures ) ,les deux trains distants l'un et l'autre de quelques minutes seulement .
Dans l'effroyable choc qui pulvérisa les deux voitures de queue du train parti de Moulins, 33 passagers seront tués , broyés et déchiquetés en plein sommeil et 32  (peut être 35 ) seront blessés. Il était 4h50 du matin. A bord du train , Mgr Jean-Baptiste Pénon , évêque de Moulins depuis 1911 et le chanoine Joseph Clément ne seront que légèrement contusionnés .

Ce drame touchera profondément  les bourbonnais tant par les circonstances du drame que par la nature des passagers transportés , presque tous originaires de l'Allier , des pèlerins se rendant à Lourdes .Beaucoup d'entre eux étaient blessés ou malades , Il y avait également beaucoup d'infirmières garde-malades et de brancards .

Parmi les victimes , se trouvait Mme MANGIN de FRANCHESSE. 
Aimée Alix MANGIN habitait dans le bourg ; elle était épicière et son époux était fabricant d'huile ( vraisemblablement au n°2 de la rue des Lanciers ). Veuve depuis 1912 , elle avait également perdu son fils Gilbert , l'enfant du pays , capitaine au 28e BCA , tué à Bouchavesnes dans la Somme le 5 septembre 1916 . Elle avait 62 ans.

 Une croix commémorative en pierre sera érigée sur les lieux de l'accident ; de plus , un autel rendant hommage aux victimes est présent à Lourdes.




* il s'avérera que le train au départ de Moulins était en surcharge de 50 tonnes et que 2 wagons de queue avaient été ajoutés pour pouvoir embarquer tous les passagers. De plus , l'enquête déterminera que les freins à air comprimé étaient défectueux.



Posts les plus consultés de ce blog