PIERRE BRIZON 16 MAI-1878- 1 AOÛT 1923 SUITE ET FIN 

1919 LA FIN DE LA DÉPUTATION

La campagne électorale de Brizon pour les législatives en cette fin d'année  1919 restera marquée par divers incidents notamment lors de réunions publiques à Moulins le 28 novembre  et à Lapalisse le 8 novembre.






Il sera finalement battu aux élections par Gaston Vidal . Était- ce une surprise ? Pas vraiment; la guerre était passée par là , les temps avaient changé; et puis Gaston Vidal était un héros de guerre : sportif émérite avant la guerre , officier courageux aux chasseurs alpins , capitaine plusieurs fois décoré ( Légion d'Honneur , Croix de Guerre avec palme ), blessé de guerre , celui-ci ne manquait pas d'arguments.


La fin d'année 1919 sera aussi pour Brizon marquée par la défaite de sa liste aux municipales de Franchesse , celui-ci arrivant bon dernier de celle-ci.


Le 8 août 1922 , Pierre Brizon épouse en secondes noces à Paris , Marcelle Eugénie Marie Marques de 13 ans sa cadette,  plus connue sous son nom de plume : Marcelle Capy. (1891/1962 ).


Marcelle Capy ( photo source Wikipedia )



Conférencière reconnue ( qui savait remplir les salles d'après les documents d'époque ) , Marcelle Capy était une auteure , écrivaine , féministe et pacifiste de la première heure . 
Brizon et Capy se connaissaient depuis quelques années déjà ,et avaient collaboré dès janvier 1917 au Journal du Peuple fondé par Henri Fabre . 
Marcelle Capy était également secrétaire, rédactrice , et co-fondatrice avec Brizon du journal La Vague . 

Mais ils se séparent dès avril 1923 ; les conséquences financières de cette séparation sonneront le glas du journal La Vague le 9 mai 1923.

Malade , Pierre Brizon décède à Paris , à l'Hôtel-Dieu le mercredi  1er août 1923 des suites d'une opération d'un anthrax . Un certain nombre d'hommages posthumes lui sera rendu :




Le dimanche 4 août , Pierre Brizon est inhumé dans l'intimité familiale au cimetière de Franchesse , terre de ses racines.Il avait 45 ans . Il repose désormais juste à côté de la sépulture de son grand-père Pierre , qui porte le même prénom et qui devait être si fier de son petit-fils...


Pierre Brizon reste à mes yeux un personnage charismatique , un homme de son siècle avec ses qualités indéniables mais aussi ses parts d'ombre ( mais qui n'en a pas ? ); en d'autres circonstances , cet homme brillant aurait pu sans peine briguer les fonctions régaliennes et peut être même plus .. Peut être a t-il manqué à un certain moment de sa vie d'homme politique d'une certaine sincérité et d'humilité , deux qualités indissociables de grands hommes comme Emile Guillaumin ou du  "père" Thivrier , le député à la biaude ?
Finalement , et c'est le plus important pour moi , Pierre Brizon , l'enfant de Franchesse était un Lancier , et , à ce titre a toute sa place dans mon modeste blog .

Alexandre Cornieux

Posts les plus consultés de ce blog