DIX FRÈRES SOUS LES DRAPEAUX !



ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL LE GAULOIS LE 16 AOÛT 1914 NOTA :POUGNET S'ÉCRIT EN RÉALITÉ POUGNIER
La Grande Guerre ne s'est pas contentée de broyer des millions d'hommes; elle a engendré drames et misère sociale et ce , jusque dans nos campagnes.Qu'a-t-elle  bien pu se dire cette veuve, lorsque la guerre est venue lui prendre ses dix fils ?Qu'a-t-elle bien pu ressentir Gabrielle ( * )lorsqu'on est venu lui annoncer que trois de ses fils ne reviendraient jamais ? Oh bien sûr elle n'avait sûrement ni le droit ni le temps de s'apitoyer sur son sort, car qui allait s'occuper des bêtes ?les moissons ? Elle bien sûr, aidée de ses deux filles, Lucie et Marie dont les époux eux aussi étaient partis au front.

A Gabrielle,Lucie,Marie, aux ouvrières en haillons crevant de faim, qui osèrent se révolter lors des émeutes de 1816 à Franchesse, aux courageuses femmes du bourg qui sauvèrent l'église de la destruction pendant la Révolution,à toutes ces héroïnes de l'ordinaire, je dédie cet article. 

Alexandre Cornieux  


( * ) Gabrielle POUGNIER  ( 1857- 1920 ) était mon arrière-arrière grand-mère maternelle. Elle était veuve depuis 1912 .Sur les dix fils trois seront tués au front : Jacques mon arrière grand-père ( 1887-1916 ) ,  Jean-baptiste ( 1889-1915), André ( 1895-1915 ).

Posts les plus consultés de ce blog