Articles

Image
QUAND LA FAMILLE LOGET JOUE LES TRUBLIONS!

Là c'en est trop ! Gilbert Thevenet , curé et maire de la commune ( le premier ) reçoit Jean Larue , couvreur , habitant du bourg de Franchesse . Nous somme le 8 mars 1791. Jean Larue raconte au maire ses démêlés avec la famille Loget ; en effet , ce dernier et sa famille subissent moqueries , invectives quasiment journalières de la part de Jean-Baptiste Loget , chirurgien de son état et surtout de sa femme , Jeanne Loget. Jusqu'à présent , l’honnête couvreur n'avait point voulu se plaindre et d'éviter ainsi poursuites et suites fâcheuses . Mais là ce qui s'est passé dépasse les bornes et les injures et autres outrages proférés en public ne peuvent être passés sous silence.
Le pauvre Larue raconte :
"  Je revenais de Bourbon , de chez M. le juge de paix qui venait de me condamner , et comme je descendais de cheval , Jean-Baptiste Loget m'apostropha , ainsi que ma  femme et ma belle-mère , et nous tint des propos p…
Image
UN DÉTAIL
Passer devant , une fois , mille fois et puis le regard s'attarde tout à fait fortuitement sur un détail , ce détail là , bien devant nous , tellement évident , qu'on se demande pourquoi ne pas l'avoir vu plus tôt.C'est bien ça , regarder et ne pas voir , prendre un moment , et savoir apprécier ce qui s'offre à nos yeux , comme ces magnifiques garde-corps forgés , aux initiales enchâssées de l'ancien aubergiste de l'Hotel de France. Narcissique l'aubergiste , ou tout simplement signe évident de prospérité ? A vous de voir. Regardez bien , je n'en dis pas plus , vous les trouverez , j'en suis sûr !










Assis sur le banc , Gilbert Barathon , dit Dodat et Annette , son épouse devant leur établissement (Photographie prise lors des noces de Pierre Page )
Image
LE LEGS SAULNIER
Loi 1905 : le 13 decembre 1906 sont mis sous sequestre tous les biens de l'église et de la sacristie de Franchesse . La messe est dite ... ( si je puis me permettre ).
La loi de séparation va laisser  un goût amer pour certains et en particulier pour Amédée Saulnier , dépouillé injustement de 7000 francs , ( 7000 francs de 1902 , 27000 de nos euros actuels ) legs de sa tante à la Fabrique de Franchesse. Hélène SAULNIER , religieuse avait en effet légué en 1902 cette somme à la fabrique représentant une rente annuelle de 284 francs. Amédée Saulnier intentera un procès qu'il perdra et , double peine ,  sera condamné à verser les frais de justice.
Voici ce que note le curé SOULIER à ce sujet :

" La loi Briand du 13 avril 1908 ayant réformé la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat , la fabrique et Monsieur Amédée Saulnier ont été dépouillés très injustement des sept mille francs légués par Madame Hélène Saulnier à la fabriq…
Image
LA SÉPARATION DE L'EGLISE ET DE L'ETAT LOI 1905 (.·.) VUE DE  FRANCHESSE 

C'est un véritable séisme qui se produit pour le brave curé Nicolas Soulier lorsque " le perfide agent du Gouvernement " Tridon , vient tenir procès verbal des biens de notre chère église Saint Etienne.
A tel point semble-t-il qu'il écrit 1096 pour 1906 ( le 9 ème .·.  du 10 ème .·.   mois de l'an 5906 de . ·. la V .·. L .·. ) Mais cela n'est qu'un détail . Je vous invite à lire ces quelques pages du registre , où le brave prêtre écrit " n'ouvrira pas l'église et ne cédera que par la force " ( sic) . Je vous ferai partager la malheur de Mr Saulnier , dans un prochain article , dépouillé d'une somme considérable et dont ses descendants vont se souvenir encore longtemps je pense !
Bonne lecture ,
Alexandre









Image
TIVOLI


Nommée ainsi  , sans certitude toutefois , en l'honneur de la campagne napoléonienne  d'Italie , Tivoli hébergeait autrefois une école tenue par des religieuses. Nicolas SOULIER , curé de Franchesse , nous transmet , grâce à ses précieuses notes sur le registre monographique , l'histoire de cette institution.
Ainsi note-t-il : "  Le 16 juillet 1889 , un bail de douze ans est consenti avec Mr Henri MURET (*) , propriétaire à Tivoli , maison et dépendances , afin d'y établir une école religieuse des filles , grâce à la générosité de Mr le baron et la baronne d'AUBIGNY, de Mr Charles JOURDIER (**), propriétaire à la Charnée , commune du Veurdre. De nouvelles constructions s’élèvent rapidement et tout est prêt pour la rentrée de 1889 . Les classes ont été bénites le 28 octobre 1889 , en présence des prêtres voisins , des parents et des élèves déjà bien nombreuses."
A en croire le curé SOULIER , l'école devait être attendue avec impatience par une pa…
Image
DU CÔTÉ DE LA PAROISSE ...
Parcourant ça et là le registre paroissial , ma lecture s'attarde subrepticement ( il fallait le placer celui là ! how much au Scrabble ?! ) sur la transcription du curé de Franchesse pour l'année 1930 . Ainsi écrit il , cette l'année  :
" Pendant cette année , il y eut 14 baptêmes , 12 mariages , 16 enterrements. Situation religieuse toujours la même .  Madame Regnier , sœur de Mr Berthelet , propriétaire au Pontet , fait don à l'Eglise d'un vieux bénitier en pierre ayant appartenu à l'ancienne chapelle des seigneurs du Pontet . Ce bénitier aux origines très anciennes , fait bonne figure à l’église et constitue un ornement en plus ."
Ce bénitier , dont parle le curé , provient de la chapelle Saint Pierre du Pontet ( cf mon article Le château du Pontet et sa chapelle ) et a une grande valeur historique . Il date du XIVe siècle. Sa donation est heureuse , car sans elle , l'artefact religieux aurait fini certainement concas…
Image
CLÉMENT MONTILLON , XXI ÈME CURÉ DE FRANCHESSE


Mars 1919 , l'abbé Montillon écrit :  

"  Le mardi 29 janvier 1919 , Monsieur l'abbé Soulier , curé de Franchesse depuis 43 ans rendait sa belle âme à Dieu . Le dimanche précédent , il présidait encore les offices dans sa belle église qu'il avait tant aimée , si bien restaurée et embellie ... ... Le nouveau curé , ( Clément Montillon N.D.L.R ) à peine de retour de la Grande Guerre 1914-1918 où il servit comme infirmier brancardier à la 42ème et 39ème Division , sera installé le dimanche de Rameaux , 13 avril 1919 . Beaucoup de monde aux offices , venu pour accomplir leur devoir et un peu pour voir le nouveau pasteur. Le contact s'établit d'une manière satisfaisante , l'impression de part et d'autre est bonne , il s'agira de se mettre au travail . Le nouveau curé trouvera les premiers jours un peu durs , la situation pour lui en effet , comporte un véritable changement de vie . Il a passé onze ans comme vi…